Accéder à un poste de leadership au féminin senior : intégrer un board, prendre un poste très exposé ou dans un environnement fortement masculin, est un moment souvent déstabilisant pour les femmes. La sécurité psychologique et le développement d’un leadership au féminin sont clés pour aborder ces nouvelles fonctions.

Monter en responsabilité fait partie des phases délicates dans un parcours professionnel car cela implique de jouer un nouveau rôle dans un nouveau contexte. Au travers des expériences des femmes dirigeantes que j’ai accompagnées, j’ai constaté que le manque de confiance en soi déstabilise, et peut même devenir un véritable obstacle à l’ascension professionnelle.

« Vais-je y arriver ? »

Franchir une marche un peu haute créé des doutes et de l’inquiétude. Les femmes ont conscience que l’enjeu est important. Le challenge augmente encore alors qu’elles intègrent un environnement qu’elles connaissent moins bien. Et la question est posée : « vais-je y arriver ? ».

Certaines voient leurs appréhensions devenir réalité : elles sont sous-pression et à fleur de peau. Elles ont un beau parcours et sont souvent brillantes, mais se sentent mises à mal dans leurs compétences. Elles se dévalorisent, s’auto-censurent et se mettent à douter de ce qu’elles vont pouvoir assumer. Jusqu’à se demander parfois si elles ne doivent pas renoncer.

Beaucoup mesurent aussi l’impact d’une promotion sur leur vie personnelle, conjugale et familiale. La crainte est de se laisser submerger et de ne plus avoir assez de temps pour sa famille. L’épuisement qui se profile fait peur car ce sont autant de difficultés supplémentaires à gérer.

Découvrir le programme de formation Leadership Féminin

Un vrai changement de contexte : de l’exécutif au décisionnel

La baisse de confiance en soi marque l’écart entre un rôle qu’on assurait parfaitement et un nouveau rôle qu’on ne maîtrise pas encore. Comme dans le Principe de Peters (Peter & Hull), on atteint (au moins provisoirement) son niveau d’incompétence.

Les attentes changent : vous êtes recrutée à ce niveau pour votre POTENTIEL et vous voulez (vous) rassurer par votre EXPERTISE. Certaines femmes sont montées dans l’organisation en étant des opérationnelles chevronnées et en exécutant des projets avec brio. Jusque-là, les leviers leur permettant d’être compétentes étaient réunis : bien gérer une équipe, être dans l’empathie et dans une organisation efficace. Les femmes sont réputées pour être de bons managers d’équipe, attentives aux attentes de leurs collaborateurs. Ça ne suffit plus, il faut maintenant développer son Leadership au féminin

« Le pouvoir ne m’intéresse pas »

En effet, il ne s’agit plus de maîtriser parfaitement le contenu des dossiers. On vous demande d’avoir de la hauteur de vue, de l’impact, une vision stratégique, de la partager, et de représenter votre organisation. Ce n’est plus le même mode de fonctionnement. Vous voici soudain placées bien loin de votre expertise et de vos compétences opérationnelles. Il ne s’agit plus d’exécuter mais de diriger. La relation aux autres change aussi, vous êtes moins avec votre équipe, plus avec vos pairs… Et il n’est plus seulement question de prendre soin des autres mais aussi de s’écouter soi-même, faire confiance à son intuition, affirmer ses valeurs.

Les femmes expliquent également qu’elles ne sentent pas à leur place quand il est question d’être dans l’influence et le politique. « Le pouvoir ne m’intéresse pas » ou « influencer c’est manipuler » confient-elles. Elles ne sont pas toujours à l’aise dans ces rôles et se sentent malmenées.

Elles voudraient s’élever mais sans être au « pouvoir ».

Prendre de la hauteur et questionner son WHY

Se sentir en danger en montant dans la hiérarchie est un sentiment légitime. Comment optimiser la prise d’un poste clé pour passer de l’expertise à l’image globale ? Comment changer de posture pour faire face à ces nouveaux challenges ?

Renforcer l’estime de soi, la sécurité psychologique, et remettre du sens sont des pistes majeures. Clarifier ce qui est important pour vous. Quel est votre « WHY », pourquoi êtes-vous là ? Qu’avez-vous envie de défendre au fond, que voulez-vous améliorer, protéger, créer ?

La prise de recul et l’acceptation de son parcours, de ses réussites et de ses échecs sont également salutaires. Même si l’on ne fait pas tout parfaitement, on a remporté des succès. D’ailleurs on ne décroche pas un poste clé sans raison, et c’est bien parce que d’autres sont convaincus de nos qualités qu’on y accède.

Inventer son propre leadership au féminin

J’ai travaillé avec des clientes qui ont réalisé qu’elles essayaient de ressembler à quelqu’un. « Je le trouvais formidable et j’essayais de faire comme lui ». Si  les modèles et les mentors sont inspirants, tenter de les copier est un piège, voué à l’échec. (Renforçant là encore le sentiment d’illégitimité, quel cercle vicieux !). Car alors nous n’alignons pas nos positions sur notre propre vision du monde. Nous n’avons pas besoin de ressembler à quelqu’un d’autre. Nous avons besoin de comprendre nos valeurs et de faire ce qui nous paraît juste.

Les rôles décisionnels ont jusque là le plus souvent appartenu aux hommes ? Les femmes se les approprient aujourd’hui, à leur façon, et loin des stéréotypes. L’enjeu est de créer un leadership au féminin dont d’autres pourront s’inspirer. Et rien n’empêche d’être aussi à l’écoute et dans l’empathie dans son rôle de dirigeante. Et de tendre la main aux autres femmes pour les inviter à la table !

Isabelle Goyon

Suivez-moi aussi sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/isabellegoyon/

Share This