Je voudrais faire autre chose : reconversion en 10 questions

Je voudrais faire autre chose : reconversion en 10 questions

Quelles questions se poser quand on pense reconversion ?

Manquer de motivation, ne plus trouver de sens à ce qu’on fait, avoir le sentiment d’avoir fait le tour, de plafonner, avoir envie de se mettre au vert, vouloir profiter  autrement des années à venir… Autant de raisons qui nous poussent à envisager une reconversion, un nouveau chemin plus adapté à la situation.

Et c’est encore plus fort pour les conjoints expatriés qui ont choisi de suspendre leur carrière pour suivre leur conjoint à l’étranger. On ne revient jamais comme on est parti, et l’expatriation est une belle occasion de r(e)mettre les cartes sur la table.

Mais les freins sont nombreux, les options paraissent floues, les difficultés insurmontables.

Comment faire le lien avec sa carrière précédente ? Comment changer de voie sans y laisser trop de plumes ? Comment capitaliser sur ce qu’on a fait jusque là, alors qu’on a la sensation d’être arrivé au bout ? Comment valoriser son parcours, développer un nouveau projet sans repartir à zéro ?

Prenez le temps de vous poser quelques questions pour faire le bilan de votre parcours, explorer vos envies, reprendre confiance en vous et valoriser au mieux cette transition :

  • Quelles sont vos motivations professionnelles ?
  • Qu’est-ce que vous faites bien, sans effort ?
  • Quel talent n’a pas été déployé jusque là dans votre carrière ?
  • De quoi vous ne voulez plus dans votre travail ?
  • Qu’est-ce que vous voudriez à la place ?
  • Quelle serait votre situation professionnelle idéale ?
  • Qu’est-ce que ce changement vous apportera ?
  • Quels pourraient être les obstacles à ce changement ?
  • Qui peut vous conseiller, vous aider, vous informer ?
  • Qu’est-ce que vous pouvez faire concrètement demain pour avancer ?

Laissez venir les réponses sans chercher à être raisonnable, sans vous limiter à ce qui vous paraît possible, mais tentez d’identifier ce qui vous ferait vraiment plaisir.

Et je vous donnerai d’autres pistes et outils pour changer de carrière à l’international lors d’une conférence en ligne

Vous voulez faire le pas d’après, et être accompagnée pour réussir la transition sans tourner en rond ni vous épuiser à courir après des postes sans jamais les décrocher ?

Rencontrons-nous pour une session stratégique offerte par Skype !

Le coaching, pour quoi, pour qui ?

Le coaching, pour quoi, pour qui ?

C’est quoi le coaching ?

Nous évoluons dans un environnement complexe, en mutation permanente. Entreprises, équipes, expatriés, managers, dirigeants, doivent sans cesse  s’adapter, se transformer. Si le changement est nécessaire, il n’est pas naturel, il représente un saut sans le vide, vers un avenir incertain.

Le coaching offre un espace de prise de conscience, de remise en question et en perspective de ses fonctionnements et de ses modes de décision. Le coach est un « sparring-partner » qui vous accompagne dans l’apprentissage de comportements nouveaux et plus adaptés en fonction du contexte.

Au-delà du développement personnel, le coaching est un travail intense autour de la performance stratégique et opérationnelle.

 

Ce n’est pas du coaching…

Le coaching n’est pas du conseil : le coaching est un processus par lequel le client est amené à trouver ses propres solutions plutôt que d’exécuter les recommandations du consultant

Le coaching n’est pas de la thérapie : le coaching n’a pas pour vocation de « soigner », il est orienté vers l’avenir et le comment alors que la thérapie s’intéresse davantage au passé et au pourquoi.

Le coaching n’est pas du mentorat : le mentorat a pour objet de guider une personne en lui transférant expérience et réseau pour soutenir le développement de sa carrière.

Le coaching n’est pas de la formation : La formation est basée sur des objectifs d’apprentissage formulés dans un programme. Le coaching est sur-mesure et les objectifs sont formulés par le client.

Pour qui ?

• Les entreprises et les institutions : Pour augmenter le sens des responsabilités, renforcer la motivation, développer le potentiel et la performance des collaborateurs.

• Les dirigeants : Pour faire face aux challenges, optimiser ses ressources personnelles lorsque cela importe le plus, avant un évènement important ou en période de turbulence.

• Les managers : Pour renforcer la cohésion et la synergie dans leurs équipes, améliorer l’efficacité des processus et de la communication, développer leur leadership, traverser une période de crise.

• Les expatriés et les conjoints : Pour mieux appréhender les enjeux de l’expatriation et le choc culturel, (re)définir leur engagement personnel dans la mobilité.

• Les coachs, consultants et formateurs : Internes ou externes, pour prendre du recul et améliorer leur pratique en continu.

Les particuliers qui souhaitent prendre du recul sur une situation particulière et à tous ceux soucieux de leur développement personnel et professionnel.

 

Comment choisir le bon coach ?

Un coaching est une étape forte, déterminante de la vie professionnelle et un investissement conséquent, d’où l’importance du choix du coach. Quel coach sera à même d’aider le coaché à résoudre sa problématique ?

L’expérience des organisations : le coach a-t-il eu une position de management, voire un/des postes de cadre dirigeant, une bonne connaissance du monde des organisations qui lui permet d’en comprendre le fonctionnement et les enjeux.

Le travail sur soi : Au cours du coaching, le vécu du coaché peut faire écho à celui du coach. Il est alors essentiel que ce dernier prenne du recul et distingue ce qui lui appartient. Le travail sur soi permet de trouver la juste distance dans la relation.

La formation : Indispensable, le coach doit avoir suivi des formations au coaching sous-tendues par différents cadres de référence : analyse systémique, analyse transactionnelle, programmation neuro-linguistiques et être formé en continu à de nouvelles approches.

La supervision : Sous forme de séances individuelles ou collectives, la supervision permet au coach d’avoir un regard extérieur régulier sur son travail et de traiter les questions qui se posent à lui dans le déroulement de ses coachings.

La déontologie : Le coaching suppose le respect d’un cadre déontologique comprenant, entre autres, un engagement de confidentialité stricte et le respect des choix du coaché. L’adhésion à et la certification par les associations professionnelles (ICF, EMCC, SFCoach..) garantissent le respect des normes professionnelles les plus strictes.

Contactez-moi pour découvrir les différentes formules d’accompagnement.